Conservation 101 pour un automne zéro gaspillage

Et oui! Déjà! Octobre va bientôt frapper à ta porte

Nutritonic vous donne ses trucs de conservation zéro gaspillage

Source: giphy.com

à grand coup de bélier pour t’annoncer que l’hiver approche. Si certains réagissent à cette annonce comme à celle d’un « winter is coming » digne de Games of Thrones, c’est-à-dire en s’armant, en tremblant de peur, en faisant des réserves ou encore en migrant vers le sud, je dois avouer que dans mon cas au risque de me faire tirer des roches… cette annonce me rend aussi joyeuse qu’un enfant devant une marée de chiot! J’adore cette saison parce que pour moi c’est synonyme de grosse bouffe, de cuisine mijotée sur le rond pendant des heures, de mise en conserve et de couleurs à perte de vue! Tout pour que ma p’tite face se réjouisse autant que mon bedon! Y’a de quoi rendre la fille heureuse! Le gros MAIS va à la tonne d’aliment du jardin dont on tente de prolonger la durée de vie parce qu’on est juste plus capable de manger des maudites tomates, des poivrons ou encore parce qu’il nous reste encore au moins trois courgettes d’un demi kilo chacune. Bref, ça sent le gaspillage alimentaire à plein nez parce que je sais bien que c’est pas le gros fun de tout le monde de consacrer 5 jours de son automne à la mise en conserve. J’ai donc décidé de vous donner mes quelques méthodes de conservation à long terme pour vous aider à profiter de vos récoltes tout au long de l’année, sans virer fou avec vos pots Masson. 

Un mot sur la durée de vie des aliments

Bon, sans t’écrire un roman sur le sujet, je trouve pertinent de comprendre à quoi est due la durée de conservation variable des aliments et pourquoi ils finissent souvent par se détériorer dans le fond de nos tiroirs à légumes. D’abord, les deux coupables dans tout ça: l’eau et les protéines. Plus un aliment contient de l’un ou l’autre, Nutritonic discute de ses méthodes de conservation zéro gaspillageplus il sera périssable. Un exemple tout simple, on le sait les aliments les plus gaspillés sont généralement les fruits et légumes, parce qu’on les négliges, mais aussi parce qu’ils contiennent beaucoup d’eau, et l’eau les micro-organismes comme les moisissures, les levures ou les bactéries aiment ben ben ça! D’ailleurs tu as sûrement remarqué que certains fruits et légumes se conservent plus longtemps comme les carottes, les pommes de terre, le chou, les oignons ou même les pommes (une chance à la quantité que ton jeune rapporte de sa sortie aux pommes). Ce n’est pas un hasard, c’est tout simplement parce que ces petits chanceux là contiennent moins d’eau, donc se préservent plus longtemps. Même principe pour les protéines, on le sait les aliments de nature animale se conservent beaucoup moins longtemps, on n’a juste à penser au poulet cru qui apprend tranquillement à marcher dans notre frigo. Donc, au final on veut contrôler la prolifération de microorganismes dans nos aliments et pour ça on a le choix des armes de conservation: l’ébullition, la réfrigération, le séchage et les hautes concentrations de sucre, de sel ou d’acidité. 

Si jamais tu veux lire un peu plus sur le sujet je t’invite à lire l’article de La Foodie Scientifique sur le sujet. 

Des méthodes de conservation contre les micro-organismes

Déshydratation

Probablement une des plus vieilles méthode de conservation, mais aussi une de mes préférées. Plus un aliment est déshydraté, donc pauvre en eau, plus il se conserve longtemps. En plus, personnellement j’adore cette technique pour le plein-air puisque les aliments déshydratés sont légers et ne prennent que très peu de place. Ils sont aussi faciles à réhydrater en utilisant un peu d’eau, de bouillon ou de jus selon ce que tu désires en faire. Pour faire tes propres aliments déshydratés c’est assez simple et tu n’es clairement pas obligé de vendre ta voiture pour t’équiper d’un déshydrateur (même si c’est un peu mon rêve haha). En attendant, profite du redoux du mois de septembre pour placer de fines tranches de légumes sur le tableau de bord de ta voiture (sur une plaque!) en laissant de légères ouvertures aux fenêtres pour permettre la circulation d’air. Loufoque, mais ça fonctionne et en prime tu auras une voiture désodorisée à la tomate. Le four conventionnel peut aussi très bien faire l’affaire si la déshydratation ne fait pas partie intégrante de ta routine. Règle le four à la température la plus basse possible en laissant la porte légèrement entrouverte question de laisser sortir l’humidité. Cette technique est encore plus efficace si ton four en est un à convection. Par contre, si tu tombes en amour avec la déshydratation, je te conseils de faire l’achat éventuel d’un déshydrateur qui est beaucoup plus rapide et consomme beaucoup moins d’énergie que le four et probablement beaucoup plus efficace que d’essayer de déshydrater des fruits dans ta voiture en décembre! Pour t’inspirer, laisse-toi tenter par le classique pas trop compliqué des chips de kale au four ou encore par cette recette de chips de pomme de notre ami Ricardo! Tu me remercieras après avoir fait 5 litres de compote de pomme et que plus personne ne voudra en manger!

Confire

Dans cette méthode de conservation le sel et le sucre volent la vedette. Que ce soit avec le sel ou le sucre, le principe reste le même, l’un ou l’autre s’accapare toute l’eau de l’aliment, résultat les micro-organismes s’en retournent tête base, pas de « date alimentaire ». Quelques exemples que tu connais sans doute: le gravlax, la morue salée, le Jerky qui est un heureux mélange de déshydratation et de saturation au sel, les marinades sèches, mais aussi le bacon, le jambon, la saucisse, etc. Par contre, les charcuteries doivent être considérées comme des aliments frais tout simplement parce qu’elles ne contiennent pas assez de sel et trop d’eau pour pouvoir être conservée à la température ambiante. Les grands classiques de cette méthode que tu pourras très sûrement réaliser facilement à la maison: les écorces d’agrumes confites (parfait pour des cadeaux de Noël 😉 ), les citrons confits au sel ou au sucre, le gingembre confit et le gravlax (mon petit préféré que je congèle d’avance dans sa marinade pour les soirées ou les sorties de camping). Au final, même si les fruits et légumes confits sont à consommer avec modération, difficile de se tromper dans une tentative où le plus compliqué consiste à faire diluer une part de sucre dans une part d’eau et à y plonger l’ingrédient de ton choix. Profites du temps des courges pour tester la recette de courge musquée confite du magazine le Must. N’oublie surtout pas de récupérer le sirop restant de ton expérimentation pour aromatiser ton prochain dessert ou mieux, ton prochain cocktail (le sirop de gingembre est complètement fou dans un p’tit cocktail du temps des fêtes)! 

Fermentation

Cette « nouvelle » technique de cuisine dont tout le monde parle est en réalité une bien vieille méthode de conservation. En plus, on commence à lui trouver plein de vertus pour le système digestif, mais je te reviendrai avec ça quand les données seront plus en accord. Nutritonic parle de fermentation comme méthode de conservationAvant tout, une chose importante à comprendre pour réaliser de la fermentation dans ton chez toi, et tout amateur de kombucha saura de quoi je parle, la fermentation a besoin de SUCRE pour se faire. Pourquoi? Tout simplement parce que pour nourrir nos petites levures, responsables de la fermentation, on a besoin de sucre. C’est donc tout a fait normal que l’on ajoute du sucre dans une fermentation de légumes comme le kimchi, alors que la fermentation de fruit se fait toute seule, preuve d’une fille qui a déjà mangé un ananas qui goûtait le rhum, mais qui n’avait PAS été aromatisé au rhum. HAHA! La fermentation peut faire peur, mais je te jure que c’est la chose la plus incroyable et simple à réaliser! Personnellement, j’ai débuté lorsque j’avais du chou à ne plus savoir quoi en faire et comme je ne suis pas trop fan de cigare aux choux… Et c’est définitivement la choucroute la plus délicieuse et satisfaisante que j’ai mangé après trois semaines d’attente. Même s’il existe plusieurs façons de faire, tu auras une bonne idée de la façon de faire ici. Si tu trippes autant que moi et que tu veux te faire guider un peu plus dans tes premières tentatives, je te suggère l’ouvrage révolution fermentation dont l’un des auteurs n’est nul autre que David Côté, cofondateur de l’initiative des jus LOOP

« Pickling »

Quand on parle de « pickel » tout le monde s’imagine les cornichons à l’aneth de ma tante Claudette. Et bien mon ami, tu peux pousser pas mal plus loin le « pickling », c’est-à-dire la conservation d’aliments par l’acidité du vinaigre. Le principe reste le même peu importe le type de vinaigre ou le type de « pickel ». Concombres, poivrons grillés, piments, betterave (le classique!), les écorces de melon (ben oui toi!) ou même le navet. La limite est là où tu la mettras, mais en soit la technique est simple à réaliser. Le « pickling » consiste à faire bouillir le vinaigre désiré (de riz, de vin rouge, de framboises, de cidre, ou blanc si tu manques d’inspiration) avec du sel, du sucre et les aromates désirés (baies de genièvres, feuilles de laurier, clou de girofle, poivre, etc.) et à couvrir de ce vinaigre chaud les légumes ou fruits choisis. On attend quelques jours, voire même quelques semaines que les arômes s’intensifient et que le tout soit prêt à voler la vedette dans ton prochain plat Instagram! 

Mise en conserve

J’ai décidé de ne pas embarquer là-dedans dans cette article parce que je vais te faire un roman dans le temps de le dire, mais si c’est dans ta routine, même si tu penses être pro de la mise en conserve, je t’oblige t’invite à lire l’article de La Foodie Scientifique sur la question.

Voilà! Pas question de jeter tes belles récoltes de cet automne. Tu peux maintenant les conserver jusqu’en janvier, voir ici lorsque les légumes triplerons de prix. Mais à ça je t’invite à ajouter la congélation et la mise sous vide question d’éviter d’ajouter du sel et du sucre dans tout ce que tu manges. Aussi, je t’invite à consulter ma publication Instagram qui met en vedette mes tests de transformation/conservation d’écorce de melon. À découvrir très certainement!

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vérifier veuillez répondre à la question suivante. *